dimanche 19 juin 2016
Accueil / Tendance(s) / Golf, Beaucoup de high-tech dans un monde de traditions !

Golf, Beaucoup de high-tech dans un monde de traditions !

Si le golf est perçu dans l’imaginaire collectif comme un sport traditionnel, il est en réalité régulièrement touché par les évolutions technologiques. Ces dernières sont remarquables dans le domaine de l’équipement, des outils de mesure, de l’analyse du swing et des loisirs liés au golf – chacun de ces marchés présentant ses propres caractéristiques économiques. Ni révolution, ni simple argument marketing, elles permettent aux joueurs de tous niveaux de gagner en précision, d’optimiser leur jeu et peuvent parfois faciliter l’accès à ce sport réputé complexe.

Une légende tenace veut que le mot “golf” trouve son origine dans l’expression “Gentlemen Only, Ladies Forbidden”, dont il serait l’acronyme. Une rumeur à la peau dure, démentie depuis longtemps – le nom viendrait en réalité des Pays-Bas et du terme allemand “Kolbe”, signifiant “bâton” – mais qui illustre bien l’image accolée à la petite balle blanche et à ses adeptes dans l’esprit des non-pratiquants. Celle d’un sport aristocratique, élitiste. Basé sur le respect de règles immuables et de certaines conventions, la fameuse “étiquette golfique” mêlant élégance, honnêteté, courtoisie et discrétion. Bref, un domaine dans lequel la tradition fait office de cheville ouvrière et que l’on imagine peu réceptif à des innovations technologiques suspectées de venir techniciser à outrance la pratique et de travestir les habitudes. Et pourtant…

Pourtant, il n’en est rien, et les mordus du green affichent, au contraire, une curiosité naturelle pour toutes les nouveautés. “Les golfeurs sont très friands de nouvelles technologies, relève Christophe Muniesa, le directeur technique national (DTN) de la Fédération Française de Golf (FFGolf). On le constate lors de nos enquêtes : cet aspect fait partie des valeurs positives associées à notre sport.” Quant à la crainte de voir ces avancées trop techniciser une activité reposant sur la tradition et d’en chambouler les habitudes, le DTN la balaie également d’un revers de main : “La problématique et les caractéristiques du jeu ne sont pas dénaturées – les institutions y veillent – donc il n’y a pas vraiment de blocages”.

Mais quelles sont précisément ces nouvelles technologies au service du golf et particulièrement appréciées des joueurs ? Oh, rien qui relèverait de la science-fiction ni, pour le moment, de technologies de pointe. Les gants électroniques avec capteurs, comme celui créé par la firme américaine SensoGlove et censé permettre au joueur d’améliorer son swing et sa prise de club en visualisant sur un petit écran l’intensité de celle-ci, sont très loin d’inonder le marché français : aucun des spécialistes interrogés n’avait vu de golfeur, qu’il soit amateur ou de haut niveau, équipé de ce gadget sur un parcours.

“Je reste d’ailleurs sceptique quant à leur efficacité réelle, ajoute Christophe Muniesa. Avec le saut à la perche, le golf est le sport qui sollicite le plus de muscles du corps humain. Alors le fait de pouvoir analyser le swing et la cinétique de l’ensemble du mouvement grâce à un gant et à ses capteurs… Ça ne marche pas comme ça.” Quant aux caddies robots capables de suivre automatiquement le joueur, comme les modèles commercialisés par la société américaine CaddyTrek pour la modique somme d’environ 2 500 $ l’unité, ils n’ont semble-t-il jamais été, eux non plus, observés en France.

Les légions de petits R2D2 porteurs de clubs ne sont donc pas encore sur le point d’envahir les parcours ! Mais alors quelles sont les innovations matérielles et les avancées technologiques ayant largement touché le monde du golf ces dernières années ? Et dans quels domaines ont-elles permis de notables évolutions ? Principalement dans quatre secteurs : celui de l’équipement de base ; au niveau des instruments de mesure ; dans l’analyse du swing, en particulier dans le monde de l’enseignement ; et enfin dans celui des loisirs liés à l’univers golfique.

Equipement de base upgradé

Les avancées les plus significatives de ces dix dernières années concernent d’abord l’équipement de base du golfeur : les clubs et les drivers. Le recours à des matériaux comme le titane pour les têtes de clubs ou à des graphites évolués pour les manches permettent aux professionnels comme aux débutants plus de tolérance sur les coups excentrés. À la clé donc, la correction d’un nombre important de petites erreurs commises notamment par les joueurs amateurs. Ces matériaux plus légers, nerveux et dynamiques, ont également permis un gain de distance. Un point particulièrement intéressant pour les joueurs les plus jeunes, pouvant avoir besoin de l’aide de la technologie pour pallier leur manque de force, et pour les plus âgés, ces avancées assurant une certaine longueur à leurs coups. Et sans pour autant que les tarifs ne subissent de hausse spectaculaire.

“En euros constants, il n’y a pas eu d’évolution importante, précise Christophe Muniesa. Le prix du matériel ordinaire a baissé. Et celui du matériel dernier cri est resté élevé, mais comme auparavant. Un driver ordinaire coûtera entre 100 et 200 euros ; un haut de gamme entre 300 et 400 euros.”

L’impact de ces évolutions technologiques significatives a été double. D’une part, comme l’explique le DTN de la FFGolf, les instances américaines et européennes réglementant le jeu ont dû poser des limites sur la distance maximale d’un coup de golf, tant la progression était importante. D’autre part, l’économie du marché a elle est aussi été fortement touchée : “Il y a encore quelques années, les joueurs changeaient leurs clubs tous les 3 ou 4 ans. Les évolutions technologiques ont accéléré ce cycle de renouvellement, développant donc les ventes des équipementiers”.

Sur ces cinq dernières années, c’est l’apparition des drivers ajustables qui a le plus marqué les esprits. Ils permettent au joueur de régler lui-même les paramètres grâce à différentes molettes, selon le contexte de jeu – notamment le vent. Le driver ajustable R1 de TaylorMade, commercialisé cette année, propose ainsi jusqu’à 12 paramétrages de lofts différents et 7 angles possibles pour la face. Quant au FT Optiforce de Callaway, sa technologie permet également au golfeur de régler le loft de la tête de club et le biais directionnel pour ajuster la trajectoire de frappe.

Si ces drivers nouvelle génération permettent de corriger légèrement les mauvais coups récurrents, leur usage et l’exploitation des possibilités qu’ils offrent restent complexes pour les joueurs débutants. “Au niveau amateur, l’intérêt reste limité, car il faut avoir une bonne connaissance de son jeu et du matériel pour pouvoir en tirer profit, changer l’angle…”, confirme Jean-Émmanuel Elbaz, professeur de golf et auteur de l’ouvrage Je veux jouer au golf avec régularité*.

Et ce d’autant plus qu’il est davantage conseillé de se concentrer sur la cible et le jeu que de se perdre dans des réglages techniques. Les joueurs confirmés seront plus à même d’apprécier l’apport de ces drivers, dont les prix s’échelonnent de 250 à 500 euros.

la suite sur http://www.lenouveleconomiste.fr/dossier-art-de-vivre/technoswing-les-nouveaux-equipements-tendance-du-golf-19799/

A propos de TEAM GZ

Nous sommes à votre écoute ! Les commentaires et suggestions des utilisateurs jouent un rôle fondamental pour nous aider à progresser. N’hésitez pas à nous contacter à tout moment pour partager vos idées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *