lundi 9 mai 2016
Accueil / Circuits féminins / Lalla Meryem Cup - la rookie Nuria Iturrios surprend !

Lalla Meryem Cup - la rookie Nuria Iturrios surprend !

Finalement, c’est la Finlandaise Noora Tamminen, 4e du classement final, qui s’est montrée la plus avisée ! Comme elle le déclarait hier dans le numéro de Green, « demain, il faudra descendre beaucoup plus bas que le par pour espérer quelques chose ». C’est bien ce qu’il s’est produit : Nuria Iturrios a joué le dernier tour, dimanche, en 7 coups sous le par. Ce qui, avec les conditions climatiques qui régnaient sur le Royal Golf Dar Es Salam, tient proprement du prodige.

La pluie tombait sur le parcours mais la jeune Espagnole a semble-t-il trouvé le moyen de jouer au-dessus des nuages. Et, quoi qu’elle en dise, il n’y pas vraiment eu de bagarre avec Florentyna Parker, la leader à l’issue du troisème tour. Malheureusement pour elle, l’Anglaise avait aussi raison de confier que « dans des conditions difficiles, jouer dans le par est toujours un bon score et demain [dimanche] ce pourrait être un excellent score ».

En effet, seules 16 joueuses ont réussi ce pari, ce qui prouve que c’était effectivement un bon score. Florentyna elle-même a joué dans le par tout du long jusqu’au 18 où elle concédait son seul bogey. Mais à ce moment-là, les carottes étaient cuites, Nuria Iturrios menait déjà de quatre coups.

Pour enfoncer le clou, l’Espagnole plantait un dernier birdie. Depuis un certain temps, on avait l’impression qu’il n’y avait pas eu de bagarre. « Non, au contraire, rectifie Nuria. Florentyna a eu un jeu très solide, elle ne faisait que des pars, ne commettait aucune erreur. Mais moi j’étais dans mon jeu.»

C’est Amusant de jouer sous la pluie

Cette jeune femme de 20 ans, originaire des Îles Baléares, déclarait hier qu’elle n’espérait rien de particulier de ce dernier tour. Elle confirmait cela au sortir de son parcours : « Oui, vraiment, je n’avais aucun autre objectif que celui de profiter de ce beau parcours.

Mais j’avais très envie de jouer ! Et quand nous avons vu le temps qu’il faisait, nous avons décidé avec mon caddy de jouer des balles un peu plus basses. En fait, j’ai trouvé amusant de jouer sous la pluie, je n’ai pas trop l’habitude de ça. Il faut juste être un peu plus patiente, et jouer avec un peu plus de jugeote.

Et je dois aussi avouer que tout s’est très bien passé pour moi.» Le moins que l’on puisse dire est que Nuria était extrêmement détendue tout le long de la journée, toujours souriante, toujours en grande discussion avec son caddy, José Luis Palacios, qui est aussi son entraîneur. « On a parlé un peu de tout, de ce dernier tour, du temps qu’ils faisait, des copines qui jouaient aussi sur le parcours, de mes coups. Je dédie cette victoire à José Luis parce que sans lui je ne serais pas là. »

Nuria Iturrios est la troisième joueuse espagnole à remporter la Coupe Lalla Meryem après Amaia Arruti, en 1995, et Ana Belen Sanchez, en 2005. Mais c’est plutôt la suite de deux autres compatriotes, Carlota Ciganda et Azahara Muñoz, qu’elle entend prendre :

C’est sûr, je veux suivre leurs pas. Moi aussi je veux jouer la Solheim Cup, les Jeux Olympiques, les tournois Majeurs et sur le circuit américain. Et essayer de gagner partout. Je veux saisir toutes les opportunités.

Cette Coupe Lalla Meryem était seulement son deuxième tournoi sur le LET, après l’Open de Nouvelle-Zélande joué en février dont elle prenait la 24e place. C’était aussi la deuxième fois qu’elle jouait au Maroc après Lalla Aïcha Tour School dont elle finissait quatrième. « Je dois reconnaître que ce pays me réussit très bien. C’est sûr que je reviendrai ! »

A propos de TEAM GZ

Nous sommes à votre écoute ! Les commentaires et suggestions des utilisateurs jouent un rôle fondamental pour nous aider à progresser. N’hésitez pas à nous contacter à tout moment pour partager vos idées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *