samedi 2 avril 2016
Accueil / News / La femme est-elle l’avenir du Golf ?
femme-contre-jour Golf zone

La femme est-elle l’avenir du Golf ?

Voici un article intéressant d’un futur (on lui souhaite) directeur de golf.
Stéphane de Durfort - https://fr.linkedin.com/in/stéphane-de-durfort-b613431a

La réponse est oui, sans le moindre doute, selon moi. Surtout lorsque l’on sait que les golfeuses représentent 28% des 404 000 licenciés de golf en 2014, alors qu’elles représentent 86 % des 689 000 à la Fédération Française d’Equitation.

Si les jeunes filles et les femmes peuvent consacrer du temps à l’équitation (1er sport féminin français) pourquoi ne pourraient-elles pas aussi être attirées par la pratique du golf. Avec l’émergence des nouvelles structures 9 trous et urbaines, l’offre de golf ne se réduit plus à passer 4h30 sur un 18 trous, après avoir mis 30 minutes pour atteindre le golf.

La raison de la faible participation des femmes dans le golf s’explique peut-être par le fait que l’industrie du golf, ne s’adresse pas directement aux femmes. Et c’est là que le bât blesse. Il y a donc ici un véritable enjeu pour capter cette clientèle qui bien souvent exprime une réelle envie de jouer sans pour autant franchir le pas.

dosfille

Aux US, sur 90 millions de personnes qui expriment leur désir d’essayer le golf, 42 million sont des femmes. L’une des caractéristiques du Yield management consiste à segmenter l’offre. Et la mise en place du yield management dans une politique commerciale d’un golf peut contribuer à séduire une population féminine, à laquelle on ne s’intéresse pas assez.

A tort. Dans un couple, la femme est décisionnaire majoritaire lorsqu’il s’agit des achats alimentaires (93%), informatiques (66%), produits médicaux (80%) et voiture (65%) (Source Marketing to Women Conférence).

Ne l’est-elle pas non plus pour choisir ses activités de loisirs, idem pour celle de ses enfants. N’est-elle pas celle qui conduit les enfants au golf le mercredi, qui choisit le matériel de golf pour les enfants ? Une offre distincte peut être proposée aux femmes pour débuter avec des cours aménagés à des créneaux horaires, calqués sur leur rythme de vie.

Si le mardi, une femme est plus disponible pour effectuer un parcours de 4 heures, elle le sera moins le mercredi jour des activités des enfants. Par contre une offre de cours de golf pendant le temps de la leçon de ses enfants peut lui être proposée, en individuel ou dans un groupe.

ilove14juillet02

Du yield management, on élargit le spectre de la réflexion marketing pour aboutir au Revenue Management qui inclus la compréhension fine du comportement d’achat du client. Et le comportement d’achat de l’homme et de la femme est distinct.

Robert G. Cross, baptisé « gourou du Revenue Management » par le Wall Street Journal, en donne la définition suivante : « Le Revenue Management, c’est l’art d’optimiser son capital-client en vue de maximiser son chiffre d’affaires. C’est tout à la fois un état d’esprit, un ensemble de tactiques de marketing et, selon l’ampleur du marché et la taille de l’entreprise, l’utilisation de technologies de l’information sophistiquées pour prévoir finement et en temps réel l’évolution de la demande. »

Le revenue management dépasse donc les considérations techniques et mathématiques du yield management et replace le client et ses attentes aux cœurs des considérations de l’entreprise. (Source Marketing-des-services.com)

Dans le cas précis qui nous intéresse, cela se caractérise par une attention particulière par exemple à la restauration en proposant des menus allégés ou régimes, aux zones de départs parfaitement entretenues, des toilettes propres et accueillants, (idéalement prévoir des toilettes sur le parcours) un espace au Proshop consacré au matériel féminin avec une cabine d’essayage accessible.

Faire de la revenue management, c’est donc pour l’entreprise revenir à son cœur de métier, au sens propre du terme « service ».

Etre au service du client pour mieux le satisfaire et finalement générer plus de profit. A l’inverse du yield management, dont l’objectif est le chiffre, le revenue management redonne la primauté au client et à la logique marketing.

Partir du client, évaluer ses besoins, satisfaire ses attentes. Évoluer en même temps que lui…..pardon en même temps qu’elle !

A propos de TEAM GZ

Nous sommes à votre écoute ! Les commentaires et suggestions des utilisateurs jouent un rôle fondamental pour nous aider à progresser. N’hésitez pas à nous contacter à tout moment pour partager vos idées !
Précédent EURASIA CUP 2016 !
Prochain EURASIA Cup - Les Européens mènent !

5 commentaires

  1. Si je n’adhère pas au cliché des femmes voulant manger « régime » en permanence (surtout que tous les restos de golf proposent des salades ou du poisson), je me retrouve tout à fait dans le côté « shopping » au proshop ! Si les magasins de golf et les proshops commencent à étendre leurs rayons féminins, c’est encore timide. Heureusement qu’il nous reste internet. Je pense aux sacs, aux chaussures, qui sont souvent d’un classique à pleurer… Difficile de trouver les chouettes articles que portent nos idoles du LPGA !

    Autre point fondamental que vous avez soulevé (élémentaire pourtant) : les sanitaires ! Mais à quand des toilettes au 6 et au 12 ? Sur ce sujet il va falloir penser à lancer une grande pétition pour espérer arriver à un minimum de confort :/ C’est bien dommage…

  2. Top article ! Merci

  3. Oui article interessant. Enfin quelqu’un qui s’interesse à nous, les joueuses. Les zones de departs pour les femmes sont souvent mal entretenues

  4. Stéphane de Durfort

    @CHARLOTTE Merci pour votre intervention.
    Il ne s’agit pas de dire ici que les femmes font toutes des regimes, et ce tout au long de l’année. Mais c’est néanmoins un point qui retient leur attention. A nous d’en tenir compte
    Lorsque je parle de menus régimes, je pense plus largement à l’idée d’associer la pratique du golf, avec un menu élaboré par un diététicien par exemple. Cela permettrait de communiquer d’avantage sur le concept golf bien etre ou golf activité sportive accompagné d’une alimentation contrôlée et saine. Et puis cela peut inciter une clientèle extérieure à venir déjeuner au golf dans un joli cadre.

  5. Sylvie Golf de Dinard

    100% d’accord avec l’article. Pertinent