samedi 26 décembre 2015
Accueil / News / Le golf et le respect de l’environnement !
chambers-bay

Le golf et le respect de l’environnement !

Conforter la pratique dans le respect de l’environnement. C’est devenu l’un des objectifs de la fédération française de golf. Ces dernières années, l’écologie est devenue au fil du temps un enjeu majeur. Une question d’image et de responsabilité qui a poussé les dirigeants du golf français à prendre de nombreuses mesures. Un écolabel a même été créé pour signaler les golfs les plus écolos.

A l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique est une priorité comme en témoigne la fin de la COP21, le golf ne pouvait que montrer l’exemple. Quoi de plus normal pour une discipline qui compte 720 terrains qui s’étendent sur 33.000 hectares en France.

Depuis cinq ans, et la signature d’une charte avec l’État, la fédération multiplie les actions en faveur du développement durable et de la biodiversité. Un partenariat a été signé avec le Muséum d’histoire naturelle pour réaliser un inventaire de la biodiversité des golfs de France.

La richesse de la faune et de la flore de ces espaces de jeu est encore méconnue, explique Pierre Lasfargue, le directeur de territoire et service à la fédération française de golf.

lisbon

Grenouilles, oiseaux, scorpions…Une prolifération d’espèces

« On peut rencontrer toutes les espèces de grenouilles par exemple, et puis il y a eu un inventaire qui a été fait sur le gofl de Vidauban dans le sud, ils ont trouvé une espèce de scorpions qui n’existait pas, c’était une découverte du Muséum, vous avez des oiseaux bien sûr qui viennent nicher parce que les golfs sont des zones de transitions.

Quand vous avez 55 hectares dans un espace plutôt urbanisé, vous avez des espèces qui s’arrêtent là pour nicher et repartir après, donc vous avez tout ce que l’on peut trouver sur les zones aquatiques, Il y a une prolifération d’espèces. Il fallait que nous soyons en mesure de la révéler, et c’est le travail que l’on va effectuer avec le Muséum ».

Le but est de protéger la faune et la flore, de faire en sorte que les espèces se développent en installant des refuges, des nichoirs et même des ruches. Une action d’observation très importante sera menée en 2018 lors de la Ryder cup.

Il s’agira d’étudier l’impact d’une compétition majeure sur la biodiversité du golf de Saint-Quentin-en-Yvelines qui est une réserve naturelle.

Une consommation d’eau acceptable, eau impropre à la consommation

Les autres préoccupations concernent la consommation d’eau et la limitation de l’utilisation de produits phytosanitaires, engrais et autres pesticides. La consommation d’eau a d’ailleurs baissé de 15% entre 2006 et 2010.

« Dans les golfs du sud, il y a des golfs qui consomment beaucoup d’eau, mais c’est de l’eau qui est prélevée dans les canaux de Provence » ajoute Pierre Lasfargue, « et au bout, elle va à la mer, donc il n’y a pas de conflit d’usage. Les golfs consomment très peu d’eau, 90 % des golfs utilisent de l’eau impropre à la consommation.

Nos actions poussent les golfs à consommer de moins en moins. Parmi les actions menées actuellement, il y a la conversion de flore. On change les graminées utilisées pour le gazon pour prendre des graminées moins gourmandes en eau ».

En moyenne un golf de18 trous consomme 50.000 mètres cubes d’eau par an, 50 millions de litres, l’équivalent de la consommation d’une commune de 350 habitants.

On est très loin des golfs des Emirats arabes unis construits dans le désert qui affichent une consommation de trois à quatre millions de litres par jour, soit plus d’un milliard 200 millions de litres par an.

Source : France Info

A propos de TEAM GZ

Nous sommes à votre écoute ! Les commentaires et suggestions des utilisateurs jouent un rôle fondamental pour nous aider à progresser. N’hésitez pas à nous contacter à tout moment pour partager vos idées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *