lundi 16 novembre 2015
Accueil / European Tour / Les larmes de Victor Dubuisson
dubuissonsand

Les larmes de Victor Dubuisson

Comme en 2013, Victor Dubuisson a remporté l’Open d’Antalya, en Turquie. Auteur d’un extraordinaire parcours retour ce dimanche, le Cannois de 25 ans a fondu en larmes une fois la victoire assurée.

Une victoire qui intervient après une saison délicate

Il avoue s’être senti «complètement perdu» ces derniers mois, en pleine crise de confiance: Victor Dubuisson a retrouvé son jeu et décroché dimanche en Turquie son deuxième tournoi sur le circuit européen, là même où il avait remporté le premier il y a deux ans.

Quelquefois, vous avez la sensation que votre jeu ne reviendra jamais et, cette semaine, j’ai réalisé que tout mon jeu était là !

Explique Victor

J’aime cet endroit. Je comptais vraiment sur ce tournoi pour retrouver de la confiance parce que j’étais complètement perdu il y a quelques mois. Je ratais tout.

-

C’est tellement difficile, il y a tellement de raisons personnelles qui expliquent pourquoi je n’ai pas beaucoup joué cette année. Ce n’est pas parce que je ne voulais pas jouer

Concernant son putting excellent toute la semaine :

Mon putting commence à être vraiment très bon et j’espère que cela va continuer ce week-end. J’ai changé mon putter il y a deux mois. J’étais en difficulté lors des premières semaines, mais désormais je rentre de plus en plus de putts d’environ trois mètres, c’est ce qui fait la différence.

Sur sa motivation après son erreur de club sur le trou 5  :

J’ai très bien joué, surtout après l’erreur que j’ai faite au 5 où j’ai tapé trop long. Sur le moment j’ai pensé que le tournoi était fini pour moi, mais je me suis efforcé de me reconcentrer et j’ai retrouvé mon jeu ensuite

Malgré cette victoire, Victor Dubuisson ne devrait pas intégrer le champ pour le WGC-HSBC Champions de Shangaï la semaine prochaine.

Oui, c’est une grande déception, parce que c’est un tournoi important. Je ne vais pas recevoir un mail me disant que les règles ont changé.

J’ai découvert il y a quelques minutes que je ne pouvais pas, quoiqu’il arrive, jouer la semaine prochaine. Quand j’ai rentré le putt de la gagne, je supposais que je pourrais être de la partie. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’étais si heureux. Heureux de pouvoir jouer les quatre tournois des Finals Series.

Ce n’est pas normal de ne pas jouer la semaine prochaine quand vous venez de gagner un tournoi comme celui-ci, que vous allez revenir dans le top 50 mondial et le top 10 européen.

Que ressent-on lorsque l’on bat Rory McIlroy et Tiger Woods (en 2013) ?

Je n’ai pas battu Rory McIlroy aujourd’hui. J’ai battu le parcours, et je me suis battu moi. Parce que mon principal ennemi sur le parcours, c’est moi !

Qu’est-ce que signifie, pour vous, cette deuxième victoire sur le Tour européen ?

Pour des raisons personnelles, j’ai peu joué cette saison, et je n’ai pas été génial. J’étais dans le top 50 de la Race to Dubai, mais loin du niveau de 2014 (5e) ou 2013 (6e). Je ne pouvais rêver mieux que gagner cette semaine.

Quand vous remportez un tournoi pour la première fois, vous ne réalisez pas ce qu’il se passe. Je veux dire, le premier titre est toujours important. Mais tenter de gagner pour la deuxième fois, c’est plus de pression, je trouve.

De retour dans le cercle des vainqueurs deux ans après son premier succès, et après les quatre places de dauphin enregistrées en 2014, Victor Dubuisson fait un bond énorme à la Race to Dubai.

Avec 1 330 000 points de plus au compteur et un total de 1 908 858 sur la saison, il s’invite à la 7e place du classement et peut rêver améliorer ses performances de 2013 (9e) et 2014 (5e), il retrouve le top 40 du gotha mondial et se replace en bonne position dans la perspective de la Ryder Cup 2016, lui qui s’était distingué pour sa première participation à la compétition opposant l’Europe aux Etats-Unis il y a un an.

Et qui a sans doute déjà dans un coin de la tête l’édition 2018, organisée pour la première fois en France.

Classement final (par 72) – Dimanche 1er novembre 2015

1-  Victor Dubuisson (FRA) 266 (69, 64, 67, 66)
2-
Jaco Van Zyl (AFS) 267 (61, 69, 70, 67)
3- Kiradech Aphibarnbrat (THA) 268 (67, 68, 66, 67)
4- Byeong Hun An (CdS) 269 (70, 68, 65, 66)
5-
Chris Wood (ANG) 271 (66, 66, 71, 68)
6 - Rory McIlroy (IRN) 272 (67, 67, 67, 71)
-
Peter Ulhein (USA) 272 (68, 68, 67, 68)
8- Shane Lowry (IRL) 273 (68, 70, 69, 66)
9- Lee Slattery (ANG) 274 (68, 68, 72, 66)
10- Andrew Johnson (ANG) 275 (70, 66, 72, 67)

18- Alexander Levy (FRA) 278 (69, 65, 74, 70)
 -   Benjamin Hébert (FRA) 278 (70, 70, 68, 70)
20-  Julien Quesne (FRA) 279 (67, 70, 69, 73)
33-  Grégory Havret (FRA) 282 (73, 72, 69, 68)
37- Romain Wattel (FRA) 283 (70, 71, 67, 75)
41- Grégory Bourdy (FRA) 284 (69, 70, 72, 73)
41- Gary Stal (FRA) 284 (74, 68, 73, 69)
47- Raphaël Jacquelin (FRA) 285 (68, 69, 72, 76)
76- Michael Lorenzo-Vera (FRA) 302 (71, 81, 75, 75)

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/sport/omnisport/sports-737466-antalya-lemouvante-victoire-de-victor-dubuisson-1171066.php?Pd7lwH7JGxLeepD4.99

A propos de TEAM GZ

Nous sommes à votre écoute ! Les commentaires et suggestions des utilisateurs jouent un rôle fondamental pour nous aider à progresser. N’hésitez pas à nous contacter à tout moment pour partager vos idées !
Prochain Le directeur technique national se félicite de la victoire de Dubuisson

Un commentaire

  1. Victor,
    on te suit et on t’aime.
    Tu nous a fait vibrer ce week-end de TURKISH AIRLINES.
    Bravo et continue à nous régaler.
    Corine et Chrsitian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>