mardi 23 août 2016
Accueil / Circuits féminins / The Evian Championship - Icher reste dans le coup (3eme Tour)
icher Karine

The Evian Championship - Icher reste dans le coup (3eme Tour)

FFGOLF - The Evian Championship 2015

La Sud-Coréenne Mi Hyang Lee, leader à -10, essaiera de résister ce dimanche à Lexi Thompson (-9), Lydia Ko et Morgan Pressel (-8).

Karine Icher, 12e à -3, peut s’approcher d’un top 5 ou d’un top 3. Gwladys Nocera, 46e à + 4, d’une belle performance sur la journée

C’est l’heure du goûter à Evian.

lexi thompson

Karine Icher sort du green du 18 bien trempée et déclare:

Ce n’est pas ma tasse de thé de jouer sous l’eau.

Référence à cette belle rincée qui a déboulé sur les hauteurs du Lac Léman alors qu’elle était sur le green du 15. La Française s’est alors dépêchée de claquer un quatrième et dernier birdie au par 3 n°16, là où elle avait failli planter le trou en un vendredi.

« Là, c’était encore de la petite pluie. » La méga averse sera pour le 18 où un drive hasardeux l’emmène inéluctablement vers un quatrième bogey/journée. - 4 d’un côté, + 4 de l’autre : le bilan s’équilibre.

Une carte de 71, dans le par donc, qui vient s’ajouter au 71 de jeudi et au 68 de vendredi. Karine boucle son troisième tour avec un total de - 3. Soit à une très bonne place de 12e provisoire, elle qui était 11e après deux tours.

La pluie, elle a fait avec : « Ce n’est jamais agréable. On essaye juste de rester au sec mais moralement c’est plus dur… » Cela dit, depuis son deuxième tour du Women’s British Open, le 31 juillet dernier à Turnberry, où elle batailla durant dix-huit trous sous une vigoureuse douche écossaise pour finir dans le déluge du soir et quasiment à la lampe frontale (cut impossible), Karine ne craint plus grand chose!

Ce samedi à Evian, plus que la pluie, ce sont plutôt les escargots qu’elle aurait eu envie de maudire :

Il y a eu un bouchon au n°13. On a bien attendu 40 mn. Ca casse le rythme.

C’est Fred Bonnargent, husband and caddie de toutes les belles années Icher, qui précise, alors qu’il attend son épouse-joueuse sous la pluie, devant la tente dédiée aux interviewes: «Nous étions au 13 à 15h30 et nous sommes sortis du green du 14 à 16h30. Une heure! »

Pas la peine de se désoler, d’autres joueuses parmi les mieux placées ont subi ce tuant rythme de gastéropode imprimé par les bouchons du troisième tour de The Evian Championship.

Avec son habituel pragmatisme, ce réflexe de toujours coller à la réalité qui la caractérise, Karine se projetait déjà: « Avec -3, je suis à sept coups de la tête. Bien sûr, j’aurais aimé réussir plus de birdies… Donc ce sera ma mission de demain. Je me souviens de tournois où Karrie Webb signait un 64 final pour l’emporter alors que tout le monde craquait un peu.

Côté record, faire un 61 comme Hyo Joo Kim l’année dernière n’est pas impossible. Il y a peut-être la place pour. Mais ce serait fort. En ce qui me concerne, un podium serait déjà bien. »

Avant de partir se faire « réparer » de cette journée éprouvante par Bernard Pineau, le kinésithérapeute que la Fédération française de golf met à la disposition de ses équipes amateurs, mais aussi de ses top joueuses dans le cadre du programme de préparation olympique pour les Jeux de 2016 à Rio de Janeiro, Karine répondait encore du tac au tac sur d’autres sujets.

Sur sa possible satisfaction d’être la joueuse européenne la mieux classée après trois tours? « Je préférerais être la troisième meilleure Européenne et être troisième du classement!» Sur Lydia Ko, qui peut battre le record de Morgan Pressel et devenir la plus jeune lauréate d’un tournoi majeur à dix-huit ans et un peu plus de quatre mois?

C’est bien pour le golf féminin mais… (regard qui se marre et déclenche, en retour, l’hilarité de son auditoire) Euh… Honnêtement? Je vais essayer de m’occuper plus de mon golf que du sien!

Une option sagement perso que prendra sans doute aussi Gwladys Nocera, ce dimanche dans le tour final de The Evian. Ne pas faire attention aux paramètres extérieurs. Jouer.

Être dans le présent, le feeling et le plaisir. Comme Karine, Gwladys avait l’élégance de glisser quelques notes amusantes dans son commentaire de la journée. Pas celle qu’elle aurait forcément souhaitée…

Partie 23e avec un total dans le par, la n°3 à l’Ordre du mérite européen enregistrait six bogeys et deux birdies pour se retrouver 46e à + 4. « J’ai pris un coup de marteau sur la tête dès le trou n°1, racontait-elle.

Avec trois putts à trois mètres! Et un premier bogey vraiment moche. J’ai essayé de ne pas m’inquiéter mais au putting, c’était parti dans le même ton que dans mon deuxième tour. Là, je fais même 36 putts! »

Sébastien Clément, le caddie de Gwladys, toujours clair, simple et naturel, soutenait sa joueuse du regard, s’associant au désarroi: « On prend quatre fois trois putts aujourd’hui. Ca ne pardonne pas. »

Gwladys poursuivait sur ce ton d’humour pince sans rire qui n’appartient qu’à elle: « Une journée très difficile. On dirait que je n’ai pas tout à fait compris le principe du moving day! » Au sujet de son putting: « Oui, j’ai serré le poing au 18 comme pour une victoire, car ce putt pour par de deux mètres était le plus long que j’ai réussi aujourd’hui.

Heureusement, la semaine prochaine, en Solheim Cup, on joue en foursomes, ça ira mieux! » C’est néanmoins une Nocera positive qui concluait : « Là, où je suis contente, c’est que je n’ai pas lâché au niveau de mon grand jeu. Dès le 1, même si je fais un bogey, je n’avais pas le drive dans les chaussettes. Et j’ai su continuer ainsi. A une époque, quand cela se passait comme cela au putting, je serai revenue avec une carte de 80, voire 85, plutôt que 75. »

Remerciée d’analyser son tour avec cette touche d’humour qui allège toujours l’ambiance, Gwladys glissait, avec une mine mi-amusée mi-atterrée: «Oui, l’’humour, il ne me reste plus que cela! »

Ce qui reste, en vrai, pour les deux Françaises qui ont passé le cut de The Evian Championship, c’est une belle (non, une pluvieuse!) journée de dimanche pour se rapprocher de la tête.

Où plutôt devrait-on dire, se rapprocher des têtes. Elles sont en effet quatre à pouvoir se crêper sérieusement le chignon pour le trophée de The Evian 2015. Il y a d’abord la Sud-Coréenne Mi Hyang Lee, leader sans interruption depuis trois jours.

Avec des scores de 66, 67 et 70, la jeune admiratrice asiatique de Payne Stewart (double vainqueur de l’US Open en 1989 et 1999 et dont l’aura rétro-chic -ah, les knickers de Payne - s’éteignit tragiquement dans un mystérieux crash d’avion en 1999) est à -10…

Mademoiselle Lee possède donc un coup d’avance sur l’Américaine Lexi Thompson (-9) et deux coups sur le duo d’ex aequo à -8, Lydia Ko et Morgan Pressel. Avec ces trois-là aux trousses, on aimerait ne pas être à la place de « Mimi de Corée »! Lydia Ko, la n°2 mondiale, reste sur une place de 2e raflée en amateur et à 16 ans lors de The Evian Championship 2013.

Tandis que Pressel et Thompson avaient été 2emes ex aequo de l’Evian Masters 2010. Inutile de dire que c’est du champagne, et pas de l’eau d’Evian, que les trois surdouées du golf féminin auront cette fois envie de secouer sur le green du 18.

Nathalie Vion

A propos de TEAM GZ

Nous sommes à votre écoute ! Les commentaires et suggestions des utilisateurs jouent un rôle fondamental pour nous aider à progresser. N’hésitez pas à nous contacter à tout moment pour partager vos idées !