image
Golf Zone
A la une

Le “fighting spirit” de Mervin Rocchi

IMG_1818

A 25 ans, Mervin ROCCHI est un jeune joueur ambitieux et prometteur. Passé pro en fin 2013, c’est grâce à ses bonnes performances lors des PQ3 qu’il est parvenu à obtenir une catégorie sur le Challenge Tour cette saison. Un très bon début après seulement un an en tant que professionnel.

Bien qu’il ai subi une opération du pouce en décembre dernier, l’élève de Julien XANTHOPOULOS et Nicolas ALLAIN reste optimiste et ne perd pas de vue ses objectifs. Il se prépare à une saison intense, mais pas de quoi effrayer ce vice champion de France de Full Contact, prêt à en découdre. Pour appréhender au mieux cette nouvelle saison, Mervin a mis en place une campagne de financement participatif grâce à laquelle il espère boucler son budget.

Mervin a accepté de nous accorder une interview, l’occasion pour nous de découvrir ce jeune joueur dont on entendra certainement parler à l’avenir.

Peux-tu te présenter et évoquer ton parcours ?

Je m’appelle Mervin ROCCHI, je suis né en 89, j’ai donc 25 ans. Avant de me mettre au golf, j’ai commencé par les sports de combat. Lorsque j’ai choisi de me consacrer totalement au golf, j’ai intégré le pôle espoir de Montpellier.  J’ai gagné de nombreux Grands prix et je possède encore quelques records de parcours. A 18 ans, je suis d’abord parti en Australie pendant 5 mois.  Il y a quatre gros tournois à suivre pendant la période hivernale. J’ai fait trois Top 20, j’en ai profité pour préparer ma saison en France et améliorer mon anglais.

Lorsque je suis rentré, j’ai intégré la MGA (Master Golf Academy), une académie au Paris Country Club. Le propriétaire du PCC avait monté une équipe pour remporter le Trophée Gounouilhou. Nous avions un entraînement 7/7 avec comme coaches Franck Lorenzo Vera et Benoit Wilemart. On a remporté le Trophée Gounouilhou en 2010, mais cela s’est arrêté ensuite. Je suis alors parti à Ormesson et je suis passé pro fin 2013.

EN 2014, j’ai joué sur le Pro Golf tour et j’ai pu faire quelques étapes du Challenge Tour. Cette année, je suis allé jusqu’aux PQ3, donc j’ai une catégorie 15 sur le Challenge Tour. Je vais donc essayer de faire un maximum de tournois du Challenge.

Je me suis fait opérer début décembre du pouce, une douleur récurrente. On me disait que c’était une tendinite. Cela m’a vraiment gêné à la fin des qualification pour les cartes, et à la fin des PQ3 je suis monté à Paris voir un spécialiste. Il m’a annoncé que je n’avais plus de ligament, et que je devais me faire opérer, ce que j’ai fait. Je suis encore en convalescence, j’espère reprendre au PGA Schweppes. Mais je n’avais pas le choix, il fallait de toute façon le faire tôt ou tard. Avec Julien et Nicolas, mes coaches, on a préféré le faire maintenant. Mais je continue à faire beaucoup de physique et je m’entraîne à une main sur des points spécifiques.

Ou t’entraînes-tu ? Avec qui ?

Je m’entraîne depuis bientôt 3 ans avec Julien XANTHOPOULOS et Nicolas ALLAIN. C’est grâce à un ami commun que nous nous sommes rencontrés, et tout a bien fonctionné entre nous. Donc depuis nous continuons cette collaboration.

Je vis dans le Doubs, je m’entraîne au golf de Prunevelle, mais je monte souvent sur Paris pour voir mes coaches. Nous nous entraînons soit sur l’hippodrome de Longchamp, soit au National.

Tu es titulaire d’un bac S. C’est parce que tu avais d’autres ambitions professionnelles ou c’était « passe ton bac d’abord » ?

Quand je suis entré au pôle, mes parents ont été clairs. Ils m’ont dit : « ok, tu fais ton sport-études, mais tu as interdiction de redoubler, et ce n’est qu’une fois que tu auras ton bac que tu choisiras ce que tu veux faire. »

Tes objectifs cette année ?

Mon objectif, c’est de jouer le plus d’étapes du Challenge Tour possibles. J’espère être de retour au PGA Schweppes.

Quel est ton parcours de golf préféré ?

Chantilly…  et le Golf National, car il est toujours parfait !

Une autre passion que le golf ?

Le sport en général.

Si tu n’avais pas été golfeur, qu’aurais-tu fait ?

Quand j’étais gamin, je voulais être soit pilote de chasse, soit  golfeur.

Une superstition ?

Non, pas vraiment de superstitions, mais des petits tocs comme beaucoup de sportifs. Par exemple tant de coups d’essai, un polo plutôt qu’un autre… Mais je n’en suis pas au même point que Nadal !

Club préféré ?

Mon fer 6. Je ne sais pas pourquoi, mais depuis que je suis petit, c’est celui là.

Plus beau souvenir de golf ?

La victoire du  Trophée Gounouilhou en 2010.

Un joueur de golf qui t’inspire ?

Tiger, mais pas trop en ce moment. Il y en a plein d’autres que j’apprécie,  mais celui qui m’a donné envie, c’est lui.

Tu as mis en place une campagne de financement participative pour récolter 4000 euros, où en es tu ? Que représente cette somme dans ton budget?

J’ai déjà trouvé plus des deux-tiers de l’argent qui me serviront à financer ma saison. Cette campagne  communautaire va me permettre de pouvoir me rapprocher du budget nécessaire. Un tournoi, c’est 1000 euros, donc 4000 euros c’est quatre tournois. Il reste quatre jours avant la fin de la campagne.

Si vous souhaitez soutenir Mervin et prendre part à son aventure cliquez ici. Dépêchez-vous il ne reste plus que 4 jours.

Extrait du palmarès de Mervin:

Vainqueur de nombreux Grands-Prix
3 Top 20 dans les 3 plus gros tournois Australiens
Podiums dans des internationaux
Vainqueur du trophée des régions  Finaliste internationaux de France de Foursome
Champion de France 1er division équipe et individuel
Vainqueur de la Coupe de France
Sélection Equipe de France
Meilleur classement : 5ème français
Meilleur index : - 4

Interview réalisée par Caroline Jeanniard du Dot 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :