Image
Golf Zone
A la une

Les pires trous de l’histoire du golf (premier épisode)

Voici de quoi décomplexer les honteux du trou à deux chiffres, rasséréner les  taiseux qui n’osent pas dire leur score en arrivant au club-house. Imaginez que la télé immortalise votre cauchemar, ou que des milliers de spectateurs soient là pour colporter l’humiliation, de sorte que vous ne puissiez rien cacher à personne… affreux, n’est-ce pas ?

Cette séquence va rendre modeste, et c’est une très belle qualité au golf, comme tout le monde le sait… Allez, c’est parti…. Dur, dur…

  1. Kevin NA, 16 coups pour un par 4.

En 2011, au Valero Texas Open, sur le trou n° 9, un par-4 du TPC San Antonio. Na arrive au trou n° 9 à – 1, juste quelques coups derrière les leaders. Seize coups après (!), Na passé au tee n° 10. Na n’oubliera jamais évidemment ce qui s’est passé entre les deux tees de départ.  Et nous non plus, puisque la télé était là pour immortaliser le calvaire…

2 - Tom Weiskopf, 13 coups sur un par 3.

Au Masters 1980, sur le par 3 du n° 12, à Augusta National. Tom Weiskopf est entré dans l’histoire du Masters pour ses places de second en 1969, 1972, 1974 et surtout en 1975, où il était à la lute avec Jack Nicklaus et Johnny Miller. Mais il détient aussi le triste record du plud haut score sur le n° 12. Au premier tour du Masters 1980, Il a fait un décuple bogey (cela existe?) 13 sur ce par 3. Un fer 7 dans le ruisseau de Rae’s Creek. De la dropping zone, il y est retourné quatre fois. A son onzième coup, il a accroché l’arrière du green, et a rentré la balle sans avoir la honte de trois putts. Ouf !

3 - Arnold Palmer,  12 coups sur un par 5.

En 1961 au Los Angeles Open, sur le trou n° 18 (par 5) du Rancho Park Golf Course. Quand les journalistes lui ont demandé comment il avait fait pour faire 12 sur ce trou, il leur a répondu : “J’ai loupé mon putt pour 11.”

4 - John Daly, 18 coups sur un par 5.

En 1998, au Bay Hill Invitational, sur le trou n° 6 (par 5) du Bay Hill Golf Course. Record battu et toujours détenu par lui, il a fallu 18 coups pour passer au trou suivant. « Je travaille sur ma patience toute l’année, mais cette fois,  elle était quand même bien entamée. » « Je ne suis pas honteux de ce que j’ai fait. Je n’ai rien lâché, j’étais juste un peu trop déterminé… »

5 - John Daly, 11 coups sur un par 4

A  l’ U.S. Open 1999, sur le par 4 du trou n° 8, sur le parcours de Pinehurst No. 2. Il était un peu plus énervé après son 11 sur ce trou qu’après son 18 de Bay Hill. Après avoir fini bon dernier, il a même déclaré que c’était son dernier US Open. Cette fois, il y a une vidéo, peu recommandée aux âmes sensibles, mais à voir pour les lunettes de soleil de l’inénarrable John Daly.

6 - Tommy Nakajima, 13 coups sur un par 5.

Son nom est déjà gravé dans le sable de Saint Andrews depuis son 9 sur le 17ème trou du British Open 1978. Incapable de sortir du bunker, il est entré dans la légende puisque ce bunker a été rebaptisé du beau nom de « Les Sables de Nakajima ». Mais ce ne fut pas son pire trou cette année-là puisqu’il a concédé treize coups pour rentrer sa balle dans le célèbre 13ème trou d’Augusta Azalea hole lors du masters 1978. Aux journalistes, il a déclaré cette réplique étonnante : « Je me suis dit : Je vais faire un eagle, mais en fait c’était trop dur, alors j’ai foiré. » Analyse un peu rapide peut-être, mais qui a le mérite de la lucidité.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :