Image
Golf Zone
A la une

Victor Dubuisson en porte-drapeau des espoirs français

Pour la première fois depuis de longues années, un Français figure parmi les favoris de son open national. Victor Dubuisson, qui ne cesse de multiplier les performances depuis son succès au Turkish Airlines Open en novembre dernier et au 22e rang mondial, est en effet l’une des principales têtes d’affiche de l’Alstom Open de France, qui débute ce jeudi au Golf National à Saint-Quentin-en-Yvelines. Le Cannois, l’un des 28 tricolores présents cette semaine, s’élancera à 13h20 en compagnie de deux stars établies du golf européen : le Nord-Irlandais Graeme McDowell, tenant du titre, et l’Allemand Martin Kaymer, sacré ici même en 2009 et récent vainqueur de l’US Open.

C’est dans la peau du numéro 1 français et de l’une des stars du tournoi que Victor Dubuisson s’apprête à disputer son 6e Alstom Open de France, neuf ans après ses débuts en tant qu’amateur. S’il avait signé l’an dernier son meilleur résultat dans l’épreuve en terminant 18e, le joueur âgé de 24 ans aborde la 98e édition de son open national avec un statut très différent, celui de favori.

« Sur le papier, oui, bien sûr, mais je ne me considère pas comme l’un des favoris. Je me sens bien, détendu et confiant. Je ne souffre plus de la blessure à l’épaule qui m’avait handicapé ces derniers temps. Mais on sait qu’en golf tout peut arriver et notamment sur ce parcours du Golf National tellement exigeant et qui ne pardonne pas la moindre erreur, » indique-t-il à la veille du tournoi.

Propulsé sur le devant de la scène golfique européenne par sa victoire en Turquie en fin de saison dernière, l’élève de Benoît Ducoulombier a confirmé son exploit par d’autres grandes performances, dont une magnifique 2e place au WGC-Accenture Match Play Championship dans l’Arizona en février dernier. À tel point qu’il fait aujourd’hui partie de l’élite mondiale, comme en témoignent son 22e rang mondial, son 7e rang européen et sa place d’ores et déjà acquise dans l’équipe européenne pour la prochaine Ryder Cup en Écosse au mois de septembre. En toute logique, Victor Dubuisson fait aujourd’hui figure de chef de file du clan français, qui compte 28 représentants cette année. Il tentera de succéder à Thomas Levet, dernier vainqueur tricolore du tournoi en 2011.

Alexander Levy, actuel numéro 2 national, est l’autre Français en grande forme cette saison. Le Marseillais de 23 ans en effet signé la seule victoire bleue sur l’European Tour en 2014, lors du Volvo China Open disputé fin avril. Aujourd’hui 116e mondial et 21e Européen, il aborde son 4e Alstom Open de France avec un mélange de prudence et de confiance :

« C’est notre open national et il y a beaucoup d’attente de la part du public français. Mais il faut essayer de ne pas se mettre trop de pression sur les épaules et jouer son jeu. Je sais que j’ai les moyens de bien faire, comme en témoigne ma 12e place le week-end dernier au BMW International Open à Cologne. »

Côté français toujours, les jeunes Romain Wattel et Gary Stal seront à surveiller, au même titre que les expérimentés Julien Quesne, Raphaël Jacquelin et Grégory Bourdy, sans oublier Grégory Havret, 2e en Allemagne la semaine dernière.

Même s’il peuvent compter sur le soutien du public, les joueurs français auront fort à faire face à une impressionnante concurrence internationale emmenée par Graeme McDowell (20e mondial) et Martin Kaymer (12e mondial). Le premier, vainqueur du tournoi l’an dernier, revient sur les terres de son triomphe avec l’intention de conserver un trophée pour la première fois de sa carrière :

« Le fait de défendre mon titre, les bons souvenirs de ma victoire, ma forme du moment, tout ça me donne un supplément de confiance. »

Quant au second, auteur d’une véritable démonstration il y a trois semaines à l’US Open, il sera tout simplement l’homme à battre sur un tracé qu’il affectionne et où il s’est déjà imposé en 2009 :

« Je crois définitivement que, de tous les parcours que l’on joue sur le circuit européen, l’Albatros est mon préféré. Il est aussi difficile que spectaculaire, et il peut se passer plein de choses sur les trois ou quatre derniers trous. C’est une super préparation pour le British Open. »

Actuel leader du classement du circuit européen, le Danois Thomas Bjørn fait également partie des favoris, comme le prouve sa 8e place en Allemagne le week-end dernier pour son retour à la compétition après trois semaines d’arrêt sur blessure.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :