Image
Golf Zone
A la une

PGA TOUR : Bleu comme l’amer

_759

C’est sur le parcours bleu, qui évoque l’azur, la sérénité, la douceur de vivre que s’est déroulé le Quicken Loans National. En fait de sérénité, les concurrents ont été servis, et beaucoup d’entre eux ont vécu l’enfer.

Au golf, il faut prendre les bons moments quand ils viennent, et l’on sait qu’on ne peut jamais être sûr de rien. Nous connaissons tous cet adage, Tiger le connaît aussi, depuis le temps qu’il pratique ce sport merveilleux et cruel. Il est venu à ce Congressional sans aucune forfanterie, il en est reparti aussi discrètement, en attente de jours meilleurs.

L’histoire de Patrick Reed lors de ce Quicken Loans National est exemplaire. Il s’était autoproclamé membre du club des cinq meilleurs joueurs du monde. De manière diplomatique (et ironique ?), Nick Faldo avait commenté : “Il a foi en lui, c’est le 15ème club de son sac!”. Abordant ce dernier tour avec deux coups d’avance, il a rendu hier une carte de 77, avec deux double-bogeys et quelques jurons de circonstance. Exit Patrick Reed.

Pendant ce temps, sur ce parcours bleu azur, Freddie Jacobson s’en prenait au vert gazon (voir vidéo ci-dessous). Manifestement, lors de ce dernier tour au Congressional, tout le monde n’a pas forcément passé du bon temps.

Reste à rendre hommage au vainqueur, Justin Rose, qui est parvenu à survivre à un bogey sur le 72ème trou, puis à battre en play-off Shawn Stefani sur le premier trou de la mort subite. Laissons donc le mot de la fin au champion anglais, qui a tenu à rendre hommage lui-même au parcours, vedette du week-end, dont les victimes sur ces quatre jours ont été innombrables. « J’étais excité à l’idée de jouer ce parcours cette semaine, a affirmé le vainqueur. C’est un vrai test, et nous l’avons tous subi. » La victoire s’est d’ailleurs jouée à -4, et  seulement dix joueurs sont descendus sous le par au général, six dans le tour final.

Bravo donc à Justin Rose pour avoir dompté le parcours bleu du Congressional, et rétrospectivement, que dire de la performance de Rory, qui a gagné ici l’US Open 2011 à 16 sous le par !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :