Image
Golf Zone
A la une

Tiger Woods et Michelle Wie : destins croisés

tgmw

Le golf a besoin de ses stars. Le dernier Masters, sans Tiger ni Phil Mickelson qui avait manqué le cut, a fait la plus faible audience télévisée depuis les débuts de l’ère Woods. La performance extraordinaire de Martin Kaymer a attiré 45% de spectateurs en moins que la victoire de Justin Rose sur Mickelson l’année précédente. « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. » Malgré les victoires brillantes de Bubba, de Martin Kaymer, d’Adam Scott, malgré l’éclosion confirmée de Jordan Spieth,  il a manqué quelque chose, ou quelqu’un,  pour que le spectacle du golf  passionne le grand public. Heureusement, le Tigre va revenir d’ici peu sur le circuit, et tout le monde se languit de le revoir à son meilleur. Même ses adversaires affirment qu’ils espèrent son retour. Ils savent bien que c’est la présence de Tiger qui attire les médias et la foule, qui a fait monter les enchères des dotations sur le circuit, que c’est grâce à Tiger que leurs contrats sont sans cesse revus à la hausse… Loin de leur faire de l’ombre, il les attire dans sa lumière.  Reviens, Tiger, reviens !

Le golf féminin vit un peu le même syndrome. Il est en quête de têtes d’affiche, d’icônes hors du commun pour que son audience dépasse le cap des seuls golfeurs passionnés.  Cette icône, ce sera finalement peut-être Michelle Wie, qui vient de remporter à  24 ans l’US Women’s Open. Après de brillants débuts, c’est (seulement ?) la quatrième victoire de sa carrière, et la première en Majeur pour cette ex-petite prodige un peu désenchantée. Celle qui voulait dès l’âge de 10 ans devenir Tigresse est peut-être en train de réaliser son rêve, après un début de carrière plus chaotique qu’on ne le pensait généralement.  Elle avait pourtant tout fait comme Tiger : premier entraînement à 4 ans, premier tournoi LPGA à 13 ans, Stanford  University, premier Top 5 à 14 ans, à 16 ans  contrats mirobolants de Nike et de Sony (10M dollars)… La star du circuit LPGA était née, pensait-on alors, on tenait la Tiger du golf féminin. Mais tout n’a pas été finalement pas aussi rose que ses tenues, et progressivement elle a un peu perdu le fil : sa victoire à Pinehurst 2 va lui permettre, et nous permettre également, de croire à nouveau à un destin exceptionnel. Un nouvel espoir naît, ou renaît, grâce à ce succès.

Alors, avec le retour de Woods, le renouveau  de Wie, ses indispensables étoiles, la planète golf va pouvoir s’illuminer à nouveau.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :