Image
Golf Zone
A la une

Iles de rêve, le long des golfs clairs…

Sa

Le Players Championship est un tournoi très spectaculaire, car le parcours du TPC Sawgrass est à la fois magnifique et sélectif. Et pour gagner ce tournoi, le trou initiatique est le 17, celui dont l’image hante les golfeurs du monde entier, y compris les joueurs professionnels. Il faut dire qu’un tel par 3 en île au moment où la pression est à son comble, où le titre se joue, où l’adrénaline est à son paroxysme, c’est une idée de génie pour créer l’événement. Demandez à Sergio Garcia ce qu’il en pense. Bref, même un coup de fer 9 ou de pitching wedge pour passer l’eau devient une épreuve pour beaucoup de joueurs, même les meilleurs.

 

Ce 17 de Sawgrass (photo ci-dessus) est le plus célèbre des greens en île. Mais il y en a d’autres, tout aussi spectaculaires. Voici une sélection des plus beaux d’entre eux.

 

  • English Turn, New Orleans - No. 15. Par 5, 494 mètres

 

Ce parcours dessiné par Jack Nicklaus a accueilli une étape du PGA tour seize fois, jusqu’en 2006. Le n°15 est un par 5 qu’il faut aborder avec précaution, puisque le dernier coup est sur ce green en île auquel on accède par un pont.

 

  • Four Seasons Punta Mita, Mexico - No. 3, Par 3, 177 mètres

 
C’est Jack Nicklaus qui a également dessiné ce parcours de 19 trous sur la côte Ouest du Mexique. J’ai bien écrit 19 trous, parce que cet extraordinaire  par 3, surnommé « La queue de la baleine »  est un trou B situé sur une véritable île au milieu du Pacifique. A marée basse, on peut y accéder par une langue de sable que l’on voit sur la photo, mais à marée haute, il faut une voiturette amphibie pour rejoindre le green… et sa balle au cas où elle y aurait pitché.

 

  • Coeur d’Alene Resort, Idaho - No. 14, par 3, 200 mètres

 
Voici une île flottante, avec bunkers, conifères et géraniums, sur un des plus beaux lacs de cette région. Comme vous le voyez sur la photo, l’île n’est reliée ni par un pont ni par une langue de terre. Le seul accès est le bateau, une sorte de ferry à six places, baptisé « Le putter ». Si vous faites le par, on vous délivre un certificat au retour.

 

  • PGA West Stadium Course, Palm Springs, Calif. - No. 17, Par 3, 153 mètres

 

 

Peter Dye a repris l’idée du n°17 en ile sur ce parcours de Palm Springs. Le par 3 du West Stadium Course  se nomme Alcatraz, car si le green est significativement plus grand que l’original de Sawgrass, il est aussi  plus long de 28 mètres et devient très intimidant quand le vent souffle dans le désert californien.

 

  • Apple Tree Resort, Yakima, Wash. - No. 17, Par 3, 164 mètres

 
Le green de ce 17ème trou (encore !) est en forme de pomme, avec un bunker en forme de feuille, et le pont pour y accéder figure la tige qui relie la pomme à son arbre. Pas de pépin sur ce par 3.

 

  • Secession, Beaufort, South Carolina - No. 17, Par 3, 122 mètres

 

La distance de ce par 3 vous paraît ridiculement courte ? Ne vous y fiez pas, c’est un vrai par 3 de links, avec le vent omniprésent, les abords réduits à marée haute, le marais environnant et accueillant même si vous pitchez le greeen. C’est un trou très compliqué, et si vous parvenez à y jouer le par, fuyez rapidement vers le dernier trou, c’est une performance.

 

  • Galen Hall Golf Club, Wernersville, Pa. - No. 15, par 3, 178 mètres

 


Construit en 1917, c’est le plus ancien green en île. Il est visuellement moins impressionnant que celui de Sawgrass, mais il est tout de même difficile, surtout des backs-tees de championnat. Le green est séparé de la terre par un profond fossé et relié au fairway par trois ponts.

 

  • Ponte Vedra Inn and Club, Florida - No. 9, Par 3, 143 mètres.

 
Ce parcours dessiné en 1938 par Herbert Strong, avait été choisi pour la Ryder cup 1939, qui n’a pu avoir lieu à cause de la seconde guerre mondiale. Ce magnifique par 3 a inspiré tous les autres, notamment celui de Sawgrass.

 

  • TPC Sawgrass, Florida - No. 17, Par 3, 125 mètres

Ce par 3 de légende est évidemment controversé, puisque sa position stratégique d’avant-dernier trou le rend décisif dans la plupart des éditions du Players Championship. Il peut en effet désigner le vainqueur (et le perdant) du tournoi. Tiger trouve par exemple qu’il laisse trop de place à la chance et aux circonstances, une soudaine rafale de vent pouvant dévier la trajectoire de votre balle. Jason Dufner pense au contraire que ce trou est parfaitement à sa place dans le parcours. En quatre participations au tournoi, il n’a d’ailleurs pas mis une seule balle dans l’eau. Et puis ce trou participe à la dramatisation de la fin de la compétition, et c’est ce qui rend  cet avant-dernier trou si populaire.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :