Image
Golf Zone
A la une

Le Tigre, Master de l’Audimat

654

Les taux d’audience du dernier Masters ont été publiés lundi. Malgré le beau spectacle offert par le duel Bubba /Jordan Spieth, les stats  sont les plus faibles depuis dix ans. Où est le problème ?

C’est l’examen de l’historique des audiences qui donne la clé. Le tableau récapitulatif des dix dernières éditions du Masters est assez simple à analyser, et l’on peut parler de façon évidente de l’effet Woods.

Les trois audiences les plus faibles ont été observés en 2004, 2012 et 2014, trois tournois sans Tiger ou presque : 22ème en 2004, 40ème en 2012, absent en 2014. Dès que Tiger n’est plus compétitif, comme en 2009 où il a commencé le dernier tour avec sept coups de retard sur Angel Cabrera (il finira à 4 coups du vainqueur), le taux de suivi de la retransmission télévisée chute.

A  l’inverse, les trois Masters les plus suivis sont ceux où Tiger a flambé, ou au moins où il avait une chance de l’emporter : en 2005 (vainqueur), 2010 (4ème) et 2013 (4ème).

Le Masters sans Tiger, c’est  N’oubliez pas les paroles sans Nagui, le Barça sans Messi, le 1er mai sans muguet, le 13 heures sans JP Pernaud, Top Chef sans Noémie, The Voice sans Mika, le Tour de France sans le Ventoux…

Dur pour la concurrence, mais le boss, c’est toujours le Tigre. Même blessé, il rugit encore dans les sondages.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :