« Avant que de tout perdre, il vaut mieux tout quitter. » La petite histoire des grands forfaits

Jeudi dernier, lors de l’Arnold Palmer Invitational, les fortunes ont été vraiment diverses. Adam Scott a connu un joli petit jeudi, jouant – 10 (62) et égalant le record du parcours de Bay Hill. Un bel exploit… Au même moment, le n°4 du classement FedEx, Bubba Watson, vivait sans doute le pire jeudi de sa carrière. Il a terminé la journée 21 coups derrière Adam Scott, à + 11, accumulant  un triple bogey sur le 18, mais surtout un sextuple sur le n°6. Il  s’est retiré du tournoi après ce premier jour, attribuant sa contre-performance aux allergies. C’est en effet la période des pollens, et les parcours de golf ne manquent pas de graminées.

Sans remettre en question les raisons invoquées par le sympathique Bubba, nous en avons profité pour rechercher les différentes causes qui ont forcé récemment quelques champions à quitter précipitamment un tournoi.

Maux de dents de Rory McIlroy

Au deuxième tour du Honda Classic 2013, Rory McIlroy pointe à + 7 après seulement huit trous. Il quitte alors le terrain, prétextant un mal de dents…  alors que des mauvaises langues ont affirmé l’avoir vu croquant un sandwich à belles dents avant d’aller sur le parcours. Rory s’est depuis excusé de ce forfait brutal… qui annonçait la pire saison vécue par le jeune champion nord-irlandais.

Il avait la rage dedans…

L’acné de Sergio Garcia

L’Espagnol, âgé alors de 19 ans, devait participer au St. Jude Classic1999. Mais au lieu de jouer, il a dû subir une intervention chirurgicale pour enlever un abcès au-dessus de son oeil gauche, provoqué par une poussée d’acné.

Victime de la guerre des boutons…


La paddle de Lucas Glover

Le champion de l’US Open 2009 était à Hawaï au début de 2012 pour participer au tournoi inaugural de la saison. Hawaï, le paradis des surfeurs ! Des vagues magnifiques, une eau limpide… il ne put résister au plaisir d’une session de paddle. Mauvaise pioche, son pied a glissé sur le côté de la planche, entorse du genou droit, adieu le tournoi. Il aurait dû méditer l’exemple de Geoff Ogilvy l’année précédente, qui s’était coupé gravement un doigt sur le corail de Kapalua et avait dû lui aussi se retirer prématurément du tournoi.

C’est toujours la mer qui prend l’homme… tatata…


Le brossage de dents de Jim Furyk

En 2006, Furyk terminait de se brosser les dents. Il jeta alors sa tête en arrière pour avaler une pilule. Ce brusque mouvement de torsion du cou lui causa aussitôt une vive douleur, suivie d’une sorte de torticolis. Il ne pouvait plus tourner la tête vers la gauche – ce qui est tout de même un handicap, particulièrement quand vous êtes un golfeur droitier. Cette « blessure » a forcé Furyk à se retirer du Barclays Classic la semaine suivante.

La pilule a dû être difficile à avaler…

Oliver Wilson et ses boules de neige

Au début de 2013, Oliver Wilson a dû déclarer forfait au Dubai Desert Classic. La raison ? Chez lui, en tentant d’éviter une ” boule de neige mortelle “, l’Anglais a glissé dans la neige (évidemment avant son arrivée à Dubaï) et s’est cassé le poignet. Cette blessure l’a éloigné des circuits pendant six semaines.

Ce qui s’appelle “avoir les boules”…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :